Quand Winamax s’invite chez Mickey, coverage de la finale du WCT

Coverage réalisé par Guitou, sévèrement supervisé par Benoît, Sophie et Bruno (qui a récupéré l’usage de son bras, rassurez-vous)

Réveil 6h pour enfourcher mon vélo et partir dans la nuit attraper un train de Caen à Paris puis un RER. Un parcours du combattant que je préfère à un trajet en voiture qui me fatiguerait beaucoup plus et qui serait moins sympa à faire seul. J’arrive finalement dans les derniers, ce qui me vaut une photo dans le coverage Wina.

Le reste de l’équipe, venu en voiture depuis Rennes est déjà là et m’attend dans la salle du buffet. En entrant dans cette salle, remplie de joueurs amateurs, de joueurs pros, de couvreurs connus, j’ai une pensée pour le COVID. C’est le plus gros rassemblement auquel j’ai participé depuis ces deux dernières années et je suis content de le faire avec la communauté poker et pour Pokerennes. J’étais d’ailleurs passé très proche de la qualification pour le WCT en 2015 et 2016 et six ans plus tard, on se qualifie enfin avec Benoît de justesse.

Mais je m’égare. Je rejoins l’équipe, maillot du stade rennais sur les épaules pour Bruno et Sophie évidemment. Rien à redire sur les buffets qui seront tous excellents tout le long du week-end. On sent l’excitation de tout le monde monter alors que l’heure du début de tournoi approche. En entrant dans la salle de tournoi, on sent que Winamax a fait les choses en grand ! Après avoir pris les selfies entre équipiers et la présentation de Wina, c’est shuffle up and deal.

 

Le début du tournoi se passe plutôt calmement. Il y a une bonne ambiance à table, je suis assis à côté d’un Corse qui a pris l’avion à 5h du matin. Il y a également un Nantais en face de moi, un mec du Mans ultra nit. Je joue dans cette première partie de façon solide même si mes timings et mes tells ne sont sans doute pas terribles dû au manque d’expérience en live. La mauvaise nouvelle vient dès la première pause où Benoît nous annonce avoir perdu la plupart de son stack sur un set-up avec KK vs JJ. Il lui reste alors 2k jetons qu’il perdra peu de temps après avec AJo vs JJ (décidément).

La deuxième partie sera consacrée au grind. La structure commence à se faire sentir et les joueurs prennent plus de risques. Je gagne un gros pot avec KK qui touche brelan au flop. Pendant ce temps, Benoît joue en HU contre le champion du monde Romain Lewis. Nous sommes toujours 3 à la seconde pause. Sophie avec une quinzaine de blinds et Bruno et moi entre 20 et 30 Bbs. Tous les espoirs restent permis mais les deux prochaines heures avant le day 2 seront cruciales.

Sophie sort finalement peu de temps après la pause, QQ vs KK avec 8BB donc set up classique, contre un réunionnais (et oui, venu en Métropole pour 3 semaines) qui finira en TF. Alors que j’ai encore suffisamment de jetons, je vais la suivre finalement peu de temps après. J’open QT avec une vingtaine de blinds au bouton. Payé par la BB. Le flop est QT4, j’effectue un cbet pour 1/3 du pot et je me fais raise. Je décide d’y aller et découvre la mauvaise nouvelle, la bb avait 44. Il ne reste alors plus que Bruno qui a l’air chaud bouillant. Il a encore monté des jetons et à l’air bien à sa table.

J’en profite pour prendre la clé de ma chambre. Et là, c’est la claque, la chambre est fantastique ! 2 lits King size, télé incrustée dans le miroir, salle de bains immense. Bref du grand luxe proposé par Winamax. Mais bon, on ne va pas jouer à la bataille avec Benoît (on pouvait pourtant, Winamax nous ayant offirt un jeu de cartes), en bon Bretons, on va chercher un bar pour boire des coups (alors qu’il y a open bar ensuite …) On appelle Sophie et on pense à aller s’inscrire sur le side event du demain, heureusement car le side était quasiment plein. On sirote ensuite un cocktail ou une bière en se demandant si Bruno ira loin dans le tournoi quand on l’aperçoit près du bar, l’air perdu. Il venait de perdre contre un gros stack où les jetons partent au milieu sur A23, Bruno possède AT en main et son adversaire 44. Mais bon, il ne le voyait pas sur l’As. Un 5 turn achèvera les espoirs de Pokerennes.

La soirée commence par un apéro dînatoire debout. Excellent bien sûr avec Champagne et Chablis à volonté (un belge a quand même trouvé le moyen de ramener une pinte de bière trouvée on ne sait où). On rencontre Pierre Calamusa, on fait des photos avec la photographe du coverage…

 

 

 

On est invité ensuite à sortir au parc. On conseille tous à Bruno d’aller chercher un manteau mais il nous répond que ça va aller. Bon, c’est quand même le mois de Mars à Paris. Après 10mn à nous diriger vers le parc, Bruno se dit que peut-être, finalement, ce serait pas mal d’avoir un manteau. Donc on retourne au pas de course à l’hôtel et on perd Benoît et Sophie qui ont continué dans le processus. Puis :

– On entre dans le parc en croisant le Nantois qui était à ma table, Bruno lui rappelle, en humour décalé, qu’ils sont nuls en foot.

– On croise PonceP qui ne nous emmène pas du tout aux attractions car il ne veut absolument pas les faire. On se retrouve dans la salle où il y aura la soirée mais il n’y a encore personne.

– On croise le corse qui était à ma table – on ne l’insulte pas pour rester en vie. Il nous conseille whisky pomme (drôle d’idée)

– On se retrouve dans un ascenseur qui monte et qui descend : Je n’aime pas, surtout après le champagne… Bruno est mort de rire après que je lui ai écrasé le bras pendant toute la durée de l’animation

– On retrouve Sophie et Benoît.

– On va faire Nemo. Je veux sortir, car quoi que les gens me disent, ce sont des montagnes russes. J’essaie de fuir, Calamusa m’en empêche et je me retrouve dans une tortue : Je n’aime toujours pas. Bruno est toujours mort de rire avec son bras que je lui ai broyé…

– On va faire avec Bruno la dernière attraction que personne ne veut faire : J’aime bien malgré mon mal de ventre.

– Pendant ce temps, Benoît et Sophie vont faire un tour dans l’ascenseur infernal, qui monte, descend, et remonte… Ils ont été plus courageux que Pierre Calamusa qui se défile, et s’enfuit par la sortie de secours…. Ouuuuhhh c’est pas beau ça !

– Retour à la soirée. Malheureusement pour moi, je suis ballonné. Est-ce la fatigue, l’alcool, les manèges voire les 3 à la fois ? A 1h, je déclare forfait et rentre me coucher.

Benoît suit peu de temps après. Bruno et Sophie s’offrent une petite coupette et une vodka orange pour la route !

Le réveil le lendemain fait mal. J’entends Benoît se lever et partir. J’hésite à me rendormir et sauter le petit déjeuner et en même temps… J’ai bien fait de me réveiller, le petit dej est énorme. J’y retrouve Sophie et Benoît. On imagine que Bruno n’a pas réussi à se réveiller mais en réalité, il est arrivé plus tard et a pris le petit déj avec PonceP et son cameraman.

Le side event commence et il ne faut pas longtemps pour comprendre que ça va être une boucherie. En 20 minutes, on a à peine le temps de faire un tour de table. J’ouvre les As en BB dans les premiers niveau. Je 3bet une joueuse qui ne jouait pas beaucoup, elle paye. Flop 3 briques, je cbet, c’est payé, brique qui ouvre un tirage, je mets le second barrel, encore payé, river Roi, je décide de check et là elle envoie une praline. Mon but premier est de payer mais je la regarde un peu, elle tremble tellement que ce roi à l’air de lui avoir fait très plaisir. Je fold donc face up et elle avait en effet KK pour le brelan trouvé river.

Après cela je vais gagner plusieurs coups, souvent à tapis contre d’autres. Bruno va également beaucoup swing puisqu’il perd très vite la moitié de son stack (au bout de 10 minutes, quel fish!!!!) pour remonter à deux starting stack peu de temps après. Sophie est la première à sauter du tournoi sans avoir réussi à faire parler la poudre, éliminée par la gagnante du Side. Je vais voler avec mes 10BB à tapis avec K4o au bouton. Malheureusement, la BB à AQ et ne réfléchit pas trop pour payer.

A la pause déjeuner. Ils sont encore 2 en course. On apprend alors que la bulle est à la 45ème (je finis 61ème) et rapporte un ticket 50€. Bruno (39e) et Benoit (45e) sont parés pour passer la bulle mais n’iront pas beaucoup plus loin. Alors que la pause s’achève et que Bruno et Benoit retournent sur le Side, on décide avec Sophie d’essayer les sit and go contre les pros. On se retrouve sur un sit and go mais la mauvaise nouvelle c’est qu’il n’y a pas de pros sur notre table. On passe néanmoins un bon moment et je finis par gagner le sit and go et 2 tickets à 10€. Il est 16h dimanche, plus personne n’a de tables et nous décidons de quitter le WCT alors que se jouent les tables finales du main event.

En résumé, un très bon moment au niveau du poker où les activités étaient variées et prenaient en compte les joueurs sortants. On pouvait ainsi avoir un week end 100 % poker et on ne s’ennuyait jamais. Un très bon moment au niveau des activités prévues même si vous l’avez compris, Disneyland n’est pas ma tasse de thé. Enfin, un très bon moment passé avec les copains du club, ce qui vaut le coup de bien choisir son partenaire pour l’année prochaine;) (ne pas forcément le choisir en fonction de l’EV qu’il vous rapporte).

Et surtout, Merci Winamax ! RDV l’année prochaine…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.